Compte rendu des « journées de l’UMR » 28 et 29 Mai 2015

Les thèmes d’intérêt pour le collectif issus des journées 2015 de l’UMR

Voici les principaux thèmes qui sont apparus à l’issue des présentations et des échanges qui ont suivi :

  • La gestion de séries spatio-temporelles importantes et les coûts associés.
  • La question des perceptions ; ses liens avec la « 5D. » (y compris temps et son)
  • Que donne-t-on à voir ? La notion d’usages, de publics visés, de partage et d’appropriation, de co-construction avec les citoyens et/ou avec les gestionnaires.
  • L’évaluation des biais et des incertitudes.
  • Les relations du texte à l’espace, à l’environnement.
  • « Capteurs / Images / Vecteurs », une multitude d’outils à adapter aux besoins.
  • Des outils qui présentent une vérité mouvante sur des processus.
  • Des outils d’aide à la décision.
  • Des outils pour la prédiction et la prospective.
  • La localisation des images « obliques » a posteriori.

Un temps plus particulier s’est développé autour du thème « Usagers et Usages ». C’est une question qu’il convient d’apprécier dynamiquement. La question de l’usager est centrale dans le domaine des systèmes d’information. Il est inenvisageable de développer des applications ou des méthodes sans prendre en compte très en amont ceux qui doivent les utiliser.

2 questions sont apparues :

– Celle de l’évaluation des usages faits des outils développés par les chercheurs pour porter à la connaissance  d’un public. Il convient d’apprécier l’usage pour mieux comprendre les dispositifs techniques mis en œuvre et les besoins de développement les plus pertinents, ce qui revient à évaluer ce que les gens font avec les outils mis à leur disposition – y compris les chercheurs. Cela étant, on s’aperçoit que des images sont construites pour parler à des gens, mais que très souvent ces dernières ne sont pas présentes. Il y a beaucoup de temps et d’énergie passés à construire des outils, mais il n’y a ensuite que très peu de retour sur le nombre d’utilisations et/ou sur les usages qui en sont faits (cf WebSig à destination des gestionnaires fluviaux par exemple). Il conviendrait de pouvoir apprécier les usages pour chacun des groupes d’usagers en lien avec les données mises à disposition et une mise en contexte à travers plusieurs exemples. L’aspect « Usage de la géovisualisation » serait liée à son interactivité, sa plurisémie, sa contextualisation (« La visualisation est faite par le regardeur » pour paraphraser ce que disait Duchamp sur le tableau) et aussi sa mise en réseau (le face à face d’un individu avec une image est de plus en plus rare, elle s’inscrit dans un réseau de regardeurs qui échangent à son propos)

– Celles des usagers qui produisent de la donnée spatialisée et qui font usages de cette donnée : l’analyse des usages de l’information géographique a vu monter les questions du « produser » et du contenu généré par des utilisateurs géolocalisés dans les manières de penser l’aménagement, l’urbanisme et la gestion de l’environnement. Même la pratique scientifique classique se trouve confrontée à la montée des sciences citoyennes, dans lesquelles l’amateur, le citoyen est intégré à des protocoles scientifiques, sous différentes formes.  Même si les conséquences ne sont pas claires, ces évolutions transforment lentement les rapports traditionnels entre chercheurs, gestionnaires d’espaces ou de systèmes techniques, et le public au sens large, usagers, consommateurs et citoyens.  Les logiques et temps des projets d’études et de recherche ont donc aussi vocation à évoluer. Cela peut constituer un champ d’interrogation pour l’Atelier 8, en liaison avec d’autres ateliers.

Une seconde réflexion s’est organisée autour du thème « Temps » sur la base de nos différentes approches, les questions que l’on se pose et nos pratiques pour gérer le temps et analyser des évolutions, des dynamiques. Des jalons de cette réflexion ont été proposés et sont illustrés par la figure ci-après ( H.Mathian et L.Vaudor).

traitement_Temps

Le mode de fonctionnement souhaité par le collectif

Quatre éléments distincts sont apparus pour préciser le mode de fonctionnement que le groupe souhaite adopter dans l’année à venir, à savoir 2015-2016 :

  • Mise en place de Petits Ateliers (PA): ils impliqueraient un nombre  limité de personnes avec des restitutions opérées lors du séminaire annuel. Ils seraient ouverts aux extérieurs et éventuellement, ils pourraient s’organiser à l’extérieur (hors UMR) ;
  • Mise en place d’un séminaire annuel : lors de ce rendez-vous annuel, il conviendrait de faire émerger de nouvelles thématiques d’intérêt pour le groupe ;
  • Invitation de personne(s) un peu centrale(s) : pour cela, une somme de 2000 euros sera disponible. Chacun des participants se devra de faire remonter le nom d’un ou de plusieurs chercheurs qu’il souhaiterait convier en précisant les raisons de cette invitation ;
  • Valorisation : l’idée serait de profiter du séminaire annuel et des travaux/échanges organisés pendant l’année pour réaliser un numéro spécial, de type RIG (Revue Internationale de Géomatique).

Des interactions possibles avec d’autres ateliers

Au cours des journées de l’UMR 5600, des échanges/des interactions possibles ont été spécifiées avec l’Atelier 5 (changements environnementaux : mesure et appréciation des changements environnementaux, approches fonctionnelles et multi-temporelles) géré par Jean-François Berger, ainsi qu’avec l’Atelier 7 (Epistémologie et heuristique : temporalité, spatialité, pluralité, crise, histoire, géographie) animé par Isabelle Lefort notamment. Il faudrait pouvoir créer du lien avec au moins ces deux collectifs au cours de l’année 2015-2016. Le(s) mode(s) d’interactions reste(nt) à préciser ; les idées sont les bienvenues.

Un fonctionnement en construction…

Les deux thèmes qui sont ressortis lors des journées de l’UMR pourraient constituer deux thèmes transversaux auxquels les Petits Ateliers (PA) contribueraient. Ces derniers permettraient de travailler sur des questions plus ciblées – l’idée étant de maintenir une dynamique sur des questions motivantes pour le collectif ou pour un petit groupe de chercheurs. Ainsi, ces PA viendraient pleinement alimenter les deux questions principales, nos « tâches de fond ».

Pour dynamiser le fonctionnement et stimuler la réflexion au sein de notre atelier, nous proposons d’organiser des « rencontres » en Petits Ateliers (PA)/Petits Séminaires/Sorties Terrain/Tables Rondes (ou toute autre forme jugée opportune), à une fréquence donnée, avec un pilotage tournant : on ciblerait ainsi la (ou les) personne(s) en charge d’une session, en la (les) prévenant dès que possible et on viendrait les aider au mieux d’un point de vue organisationnel. Nous proposons dans un premier temps d’organiser une rencontre tous les deux mois dès la rentrée 2015/2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *